Exposé: les fausses nouvelles

Depuis quelques mois on n’entend à gauche et à droite fuser des accusations de «fausses nouvelles» (fake news). Or, il y a plusieurs types de topos qui peuvent être «faux». En voici quelques uns:

theriault-jdemourreal

Il s’agit bien sûr du site satirique Journal de Mourréal, qui reprend une bourde verbale de Bernard «Rambo» Gauthier sur le plateau de Tout le monde en parle (RC), où il expliquait que sur la Côte Nord, après le souper les hommes discutent politique et les femmes de «linge». Certaines personnes peu astucieuses lisent rapidement ce genre de manchette et n’y décèlent pas l’humour ou la satire pourtant évidente, et tombent dans le panneau. Quoi qu’il en soit, ce n’est pas là de la fausse nouvelle proprement dite.

breitbart-climate

Celui-ci est de Breitbart News, un des sites de fausses nouvelles les plus populaires aux États-Unis. Ici il n’y a aucune satire. Le but est d’enfoncer le clou du climatoscepticisme en jetant un doute dans l’auditoire. C’est d’ailleurs un des sites qui ont inspiré plusieurs tweets de Donald Trump, qui a affirmé que le réchauffement climatique est un complot des Chinois pour ralentir l’économie étatsunienne (un des éditeurs de Breitbart News est le principal conseiller de Trump). En 2014 un Représentant étatsunien avait lancé une boule de neige en pleine chambre pour argumenter que le climat ne se réchauffait pas!

Le pire, c’est quand les médias censément «sérieux» reprennent les fausses nouvelles et font du pouce dessus, leur donnant immédiatement une valeur probante. Ici, CBS prend le fameux «Pizzagate» au sérieux:

Notons au passage que la plupart des fausses nouvelles n’ont pas de contenu ou d’implication politique. Ce sont simplement des grands titres sensationnalistes qu’on déguise comme s’ils provenaient de médias respectables afin de faire «cliquer» les internautes. Cliquer, c’est payant: chaque clic génère des revenus via la publicité en ligne, et donc plusieurs entreprises centrées sur la production massive de fausses nouvelles sont hyper actives dans la pollution d’Internet. Cela dit, bien sûr dans ce forum ce qui nous intéresse davantage c’est les fausses nouvelles qui mobilisent les gens à agir autrement que par de simples clics.

Le fait que des mensonges involontaires (mal informés) ou délibérés se retrouvent dans le domaine public est loin d’être nouveau en soi. La presse écrite a souvent colporté des canulars spectaculaires. seulement le phénomène fake news est un peu différent. Encore une fois c’est internet qui a joué le rôle clé: on peut y démarrer des rumeurs sans le moindre fondement et les voir devenir «virales» très rapidement. Paradoxalement, les internautes disposent d’un arsenal de recherche et de corroboration plus puissant que jamais dans l’histoire, gratuitement, au bout des doigts. Et pourtant la fausse nouvelle se répand plus rapidement que jamais. C’est que quand une histoire vient nous conforter dans nos opinions nous avons tendance à l’accepter sans la moindre critique. En fait, certains disent même que nous vivons dans une ère de «post-vérité». Les mensonges ne sont pas chose nouvelle, loin de là, mais ce qui est différent aujourd’hui, c’est que désormais la corroboration, la vérification, ne compte plus du tout: on peut affirmer une chose qui est entièrement contre-factuelle et la voir immédiatement acceptée par l’auditoire à qui elle est destinée. Si on réussit à prouver qu’elle est fausse, il n’y a que l’auditoire opposé, impatient de recevoir cette preuve, qui sera attentif! Bref dans notre ère de post-vérité, la vérification, le «fact-checking» n’aurait plus d’effet.

trump-cnnAux États-Unis la notion de fausse nouvelle est désormais politisée et a perdu son utilité première. Tout ce qu’un politicien n’aime pas voir dans l’actualité est désormais de la «fausse nouvelle» et Donald Trump, dans sa première conférence de presse, a dit de CNN, en refusant de prendre les questions de son journaliste, you are fake news!

La fausseté provient de la mauvaise représentation ou de l’invention de faits. Ici il faut bien distinguer le fait de l’opinion – en matière d’opinion, il n’y a pas de fausseté. Il peut être faux que vous avez telle ou telle opinion, mais en elle-même l’opinion n’est qu’un jugement subjectif, et donc qui échappe à la vérification vrai/faux (par contre bien sûr il y a d’autres types de vérification, comme fondée/non fondée, cad supportée par des faits ou non, stupide/intelligente, raciste, discriminatoire, etc.). Le problème est qu’il est souvent difficile de départager le vrai du faux, surtout quand nous sommes bombardés de part et d’autres – il n’y a que 24 heures dans une journée et nous avons tous autre chose à faire que de systématiquement vérifier tout ce qu’on nous dit. N’est-ce pas là le travail des médias, justement?? En plus, c’est très mal parti pour nous: une recherche récente montrait que des étudiants universitaires étaient franchement incapable de distinguer la plupart d’un échantillon de fausses nouvelles de celles qui étaient vraies!

Pour nous aider, plusieurs sites se sont donné pour mandat de vérifier les informations qui circulent sur le Net:

  • HoaxBuster et ThruthorFiction.com poursuivent l’objectif de mettre un terme à la propagation des rumeurs, des fausses nouvelles et des légendes urbaines.
  • L’un des premiers sites de fact-checking: Snopes.com
  • Factscan a pour mission de vérifier les faits concernant la politique canadienne. Il se dit «indépendant, transparent et non-partisan»:
  • PolitiFact valide les informations touchant la politique américaine.
  • Media Matters garde un oeil sur les médias traditionnels et les nouveaux médias en matière d’éthique journalistique.

Nombreux sont ceux qui affirment que la propagation de fausses nouvelles dans les médias sociaux a eu un impact significatif lors des élections américaines en 2016. Selon le PDG de Facebook, «le pourcentage de désinformation est relativement bas». Cela ne l’a pas empêché de mettre en place des mesures pour  contrôler ce phénomène. Branchez-vous: Mark Zuckerberg explique comment Facebook s’attaquera aux fausses nouvelles. Selon la plupart des experts ces mesures n’auront pas le moindre effet.



Catégories :2016-2017: Médias, propagande et radicalisation, Exposés

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :