Exposé: la propagande

phod7d13310-716b-11e4-a468-f0007d577753-805x453
Étymologie

Le mot propagande vient du mot latin propaganda qui signifie «qui doit être propagé».

Définition

Un ensemble de techniques de persuasion utilisées avec divers moyens de communication afin d’influencer l’opinion publique de façon à ce qu’elle en arrive à accepter certaines idées, certaines doctrines. On parlera, par exemple, de propagande politique, médiatique, religieuse, etc.

La publicité peut se rapprocher de la définition que nous avons donnée précédemment de la propagande, mais elle vise un but différent. La publicité a une finalité commerciale. Elle s’adresse à un consommateur et elle a pour objectif de faire connaître un produit ou un service afin qu’il l’acquière.

Évolution du concept

Le mot apparaît d’abord comme terme religieux en 1622 lorsque le pape Grégoire XV crée la Congrégation de la Propagande pour propager la religion catholique. « C’est pendant la Révolution française que le mot a pénétré le langage politique pour désigner une association ayant pour but de propager certaines opinions politiques (1790) et, par métonymie, l’action organisée en vue de répandre une opinion ou une doctrine politique (1792). » (Le Robert. Dictionnaire historique de la langue française. Paris 1992, p. 1649).

Photo_Revolution_francaise_004.jpgEmblème de la Révolution française, les « arbres de la liberté », faisaient l’objet d’une réelle vénération par la population qui les entretenait et les protégeait comme des objets sacrés. On y accrochait souvent d’autres symboles révolutionnaires (cocardes, bonnets phrygiens, etc.) et même des textes comme la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Le terme est repris au vingtième siècle par des états totalitaires qui voudront inculquer par tous les moyens l’idéologie qu’ils défendent. L’Allemagne nazie aura un ministère de la propagande, le ministère du Reich à l’Éducation du peuple et à la Propagande, dirigé par Joseph Goebbels. Le régime nazi voulait s’assurer par ce ministère que leur message était relayé dans tous les secteurs de la vie culturelle allemande. Le ministère de la propagande allemande ne se contentait pas de valoriser le message nazi, il pourchassait aussi tous ceux qui soutenaient des idées différentes de celles du pouvoir. La propagande devint alors un instrument de contrôle et même de censure des citoyens.

Unknown.jpegMais la propagande n’est pas le fait que des régimes totalitaires. Des démocraties ont aussi utilisé la propagande pour influencer leurs citoyens. Un exemple célèbre est celui de l’intervention de Colin Powell, secrétaire d’État américain, au conseil de sécurité de l’ONU le 5 février 2003. L’intervention visait à convaincre le peuple américain d’entrer en guerre contre l’IRAQ en arguant que ces derniers possédaient prétendument des armes chimiques et des armes à longue portée qui menaçaient les États-Unis. L’intervention de Colin Powell a fait monter l’appui des citoyens américains à l’intervention militaire en Irak de façon significative. Quelques semaines plus tard, le 20 mars 2003, les Américains envahissaient l’Irak sans qu’aucun des faits avancés par le secrétaire d’État à cette conférence n’ait jamais pu être prouvé par la suite.

Les médias: un support puissant à toute entreprise propagandiste

Unknown.jpegL’efficacité de la propagande est proportionnelle aux moyens dont on dispose pour diffuser un message. Le régime hitlérien a été l’un des premiers à comprendre l’importance d’utiliser les médias de masse dans la diffusion de la propagande. Ils ont notamment accordé un grand soin à diffuser une image positive du troisième Reich à l’occasion des jeux Olympiques de Berlin en 1936. Le film de Leni Riefensthal, Les Dieux du stade, commandé par Hitler est un bon exemple du rôle des médias dans la propagande nazie. La réalisatrice y a utilisé les moyens technologiques les plus sophistiqués de l’époque pour faire connaître au monde entier la puissance de l’Allemagne hitlérienne. L’équipe du film compte 40 cameramen et 300 techniciens et coûtera 1,8 million de Reichmark. Une somme colossale pour l’époque.

images.jpegUne forte opposition dans les pays occidentaux à la tenue de ces jeux n’empêcha pas les Européens et les Américains d’y participer finalement. Les pays démocratiques auraient-ils dû boycotter des jeux olympiques organisés par un État ouvertement raciste et antisémite? C’est la question posée par le film 10 secondes de liberté (2016) qui raconte l’histoire de Jessie Owens, un athlète noir américain qui participa aux Jeux olympiques de Berlin et y remporta quatre mdailles d’or.

Le rôle de la propagande et des médias dans la radicalisation violente

Unknown.jpegLes médias peuvent être un moyen de recrutement redoutable entre les mains de groupes radicaux qui prônent la violence. Le web permet de rejoindre instantanément des millions d’internautes un peu partout dans le monde. Grâce à une propagande très ciblée, certains groupes comme l’ÉI ont réussi à radicaliser des milliers de jeunes en Europe. En utilisant des techniques de manipulation très raffinées faisant appel notamment à diverses théories du complot, ils sont arrivés à convaincre des jeunes du bien-fondé de leur entreprise. Ce recrutement sur le web ne concerne pas que des groupes comme l’ÉI, car des organisations d’extrêmes droites ouvertement racistes — des suprématistes blancs — recrutent aussi très activement à partir du web. Vous trouverez dans cette trousse un exposé très instructif sur Le Net extrême.



Catégories :2016-2017: Médias, propagande et radicalisation, Exposés

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :