Glossaire: infoguerre

De l’anglais infowar ou information warfare, l’infoguerre est un conflit médiatique entre diverses entités qui tentent d’aligner l’opinion publique sur leurs intérêts. Notons au départ que l’«opinion publique» est une bête assez difficile d’approche, bien qu’on utilise le concept (souvent à tort et à travers) de manière routinière. L’important est de bien réaliser que dans ces cas le public cible des acteurs de l’infoguerre n’est pas nécessairement le même, qu’il n’y a pas de «public» uniforme ou unique. Chaque acteur tente de rallier à sa cause les populations qui ont pour lui un intérêt stratégique, économique, politique, moral, etc. et tente de leur présenter la réalité de la manière qu’il croit (il peut se tromper) la plus efficace pour les séduire.la-une

Dans une infoguerre chaque belligérant (il peut y en avoir beaucoup plus que deux) mobilise ses ressources technologiques, économiques et son ascendant sur les médias pour disséminer un message qui est sympathique à sa cause ou dommageable pour celle de ses opposants (ou les deux). En ce début de 21e siècle, plusieurs de ces ressources sont bien sûr informatiques, mais ce n’est pas une guerre informatique ou cyberguerre où des attaques dites «syntaxiques» sont portées entre réseaux d’ordinateurs. C’est une série d’attaques «sémantiques», à coups de contenu.

Les infoguerres se déroulent presque toujours sur les médias sociaux, pour plusieurs raisons: 1) les médias traditionnels y ont une présence officielle ou officieuse (via les re-publications des abonnés), donc même si une infoguerre débute dans les médias traditionnels elle se transporte presque aussitôt sur le «web 2.0»; 2) les médias sociaux n’offrent pas de contexte ou de moyens de corroborer ou d’infirmer des informations; 3) les médias sociaux sont formés de millions de travailleurs non-payés (leurs membres!) qui re-publient, commentent, soutiennent, diffusent le message gratuitement et presque instantanément; 4) dans les médias sociaux ce sont les acteurs du conflit qui sont la locomotive de l’information, ils n’ont pas à attendre l’attention des médias industriels ni à craindre leurs mécanismes de filtrage (corroboration des faits, ordonnancement de la nouvelle (en p1 ou en p22?), prise de position éditoriale, contrepoint).

Bien sûr ceci ne s’applique qu’en contexte démocratique où règne une certaine liberté de presse. Si vous êtes en Russie, et que tous les médias traditionnels sont sous votre contrôle, et que votre ministre de la Défense explique clairement que les médias de masse sont des «armes» mises à sa disposition, vous n’avez pas trop à vous en faire pour diffuser votre message sans trop d’opposition! (v. The cyberspace war: propaganda and trolling as warfare tools).



Catégories :2016-2017: Médias, propagande et radicalisation, Glossaire

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :