Glossaire: extrémisme, radicalisation, etc.

Extrémisme
L’extrémisme consiste à adhérer, en les partageant ou non, à des points de vue qui sont en opposition radicale avec ceux de la majorité des citoyens. La personne radicale n’est pas nécessairement dangereuse et son point de vue n’est pas nécessairement erroné. Être contre l’esclavage a déjà été perçu comme une opinion radicale et de proposer son abolition pure et simple tenait de l’extrémisme.

Extrémisme violent
Les personnes ou les groupes ayant des opinions extrêmes ou radicales peuvent dans certains cas faire l’apologie de la violence ou commettre eux-mêmes des actes violents. Dans ce cas, la violence devient un moyen pour atteindre des objectifs politiques, idéologiques ou religieux. Si cette violence est dirigée contre des citoyens ordinaires elle se transforme en terrorisme.

Déradicalisation
Il s’agit d’une série de méthodes (dont on ne connaît souvent pas l’efficacité), qui visent à changer les opinions radicales ou extrêmes d’une personne. On dit également déprogrammation (c’est le terme qui est de mise lorsqu’il s’agit de sectes religieuses). Généralement, le terme « déradicalisation » vise des personnes radicalisées ayant eu recours à la violence.

Désengagement
Il s’agit d’une série de méthodes (dont on ne connaît souvent pas l’efficacité), qui visent non pas à changer l’opinion politique d’une personne mais seulement à lui faire renoncer à la violence ou à s’engager dans un groupe social violent.

Radicalisation et radicalisation violente
C’est ce qui est arrivé à la personne qui a adopté une position idéologique, politique ou religieuse qui tient de l’extrémisme. Il peut s’agir d’un long processus ou d’un coup de tête. Les causes de cette transformation varient énormément et les chercheurs n’y voient pas trop clair pour le moment.

Il arrive que les personnes radicalisées adoptent un style de vie qui correspond à leur nouvelle vision du monde et posent des gestes en conséquence – cependant il ne faut pas conclure d’un tel changement que la personne est désormais radicale (ni d’ailleurs qu’une personne n’est pas radicale parce qu’un changement de style de vie n’est pas survenu).

Une radicalisation est dite «violente» si la pensée extrême s’accompagne de gestes également extrêmes, sous forme de violence. Un tel comportement est criminel et punissable d’une sanction pénale. Cependant, l’immense majorité des personnes qui sont «radicales» ne sont pas violentes, et plusieurs s’opposent explicitement au recours à la violence. À divers moments dans l’histoire, des individus ont adopté des points de vue radicaux qui ont été par la suite considérés très favorablement par la majorité de la population.

Terrorisme
Usage ou menace de la violence, contre des personnes civiles ou contre des biens matériels ou des symboles, qui vise à en obliger d’autres à changer leurs politiques, lois, pratiques industrielles, structures sociales et économiques, etc.

  • Le terrorisme ne s’attaque pas toujours à l’État: l’entreprise privée, des groupes sociaux ou ethniques ou des institutions religieuses sont souvent des cibles
  • Le terrorisme ne vise pas toujours une terreur généralisée: quelquefois les terroristes ont besoin du soutien de la population pour fonctionner et leurs actions servent à établir un rapport de force avec les entités auxquelles ils s’opposent
  • Le terrorisme est toujours «asymétrique», c’est-à-dire que le groupe terroriste s’attaque à des forces qui sont beaucoup plus importantes que la sienne
  • À cause de cette asymétrie l’acte terroriste, pour être efficace, doit engendrer davantage d’échos que les dommages immédiats, et généralement très limités, qu’il cause. Il y réussit en partie avec l’aide des médias d’information, qui rediffusent massivement les images d’attaques spectaculaires.
  • Il y a également du «terrorisme d’État», où un gouvernement utilise la violence pour réprimer la dissidence, pour mater ou manipuler des populations, pour protéger la structure de pouvoir, etc. Certains États utilisent aussi le terrorisme (en finançant, en formant, etc. des groupes violents locaux) pour déstabiliser leurs rivaux.

 



Catégories :2015-2016: Radicalisation et extrémisme violent sur le net, 2016-2017: Médias, propagande et radicalisation, Glossaire

Laisser un commentaire

Pour oublier votre commentaire, ouvrez une session par l’un des moyens suivants :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :